COBOC, le e-bike souvent imité, jamais égalé

Il y a dix ans, deux allemands ont cherché un vélo aussi performant en mode électrique qu’en mode musculaire. Pour ajouter à la difficulté, ils le voulaient élégant et au style épuré, sans ordinateur de bord apparent ou batterie sur le cadre. Incapable de le trouver, ils ont alors décidé de le créer, ouvrant la voie aux nombreuses marques d’e-bike apparues depuis.

Chez Bike Your City, nous leur sommes restés fidèles parce que l’original reste bien supérieur à la copie.

Moteur et batterie maison, un vélo électrique le plus léger possible

La caractéristique principale des Coboc, c’est d’être aussi efficace avec l’assistance que sans. Pour cela, il faut un vélo léger et c’est là que le bas blesse.
En moyenne, un vélo électrique, c’est 25 kilos, la faute au moteur et à la batterie. Dès qu’on éteint l’assistance, il faut des cuisses de flandrien pour emmener le vélo.
Les deux fondateurs de Coboc, physiciens de formation, ont alors décidé de développer leur propre moteur et batterie pour plus de légèreté. Le résultat, des vélos électrique poids plume.
Un des Coboc le plus léger de la gamme, le Brooklyn Fat, pèse à peine 13,1 kilos. Les autres tournent autour des 15 à 17 kilos tout mouillés et tout chargés de watt !

Vélo connecté ou pas, c’est toi qui choisis

Les Coboc, ce sont des vélos modernes et donc connectés. Le fabricant a développé sa propre application téléphonique directement connectée à votre vélo. Le résultat, un véritable ordinateur de bord à mettre dans la poche ou sur le guidon : vitesse, kilomètres parcourus…

Toutes les infos d’un compteur classique s’y trouvent. Le petit plus : l’application vous permet de modifier en un coup de pouce et avec finesse les réglages de votre Coboc (niveau d’assistance et sensibilité du moteur). 
Mais pas de panique si vous n’êtes pas très geek ou une tête en l’air sans cesse à la recherche d’un chargeur pour son GSM, le Coboc, contrairement à beaucoup de concurrents, s’utilise très bien sans téléphone. Allumage du moteur, niveau d’assistance, phares : avec un seul bouton sur le cadre, vous pouvez contrôler votre vélo sans GSM.

Le e-bike meilleur que ton vélo de course

Vous voulez un e-bike pour aller au travail mais le reste du temps, vous souhaitez pouvoir continuer à faire du sport ? C’est un Coboc qu’il vous faut. Ils sont légers, on l’a dit. Mais ils sont également équipés de composants dignes de très bons vélos de route.

La transmission, c’est du Shimano Deore ou SRAM Gx (l’auteur de ces lignes rève la nuit d’avoir aussi bien sur son vélo mécanique). Pour le freinage, frein à disque hydraulique, pour une sécurité de tous les instants. 

O mon vélo, dis moi pourquoi es tu le plus beau ? 

Les Coboc sont beaux et épurés. Ils sont au vélo ce que Tadao Ando est à l’architecture : une ligne racée mais sobre, un style moderne et classieux, sans tape à l’œil. Si l’on inventait une langue du vélo, Coboc signifierait « élégant ».

Rien ne dépasse : pas de batterie apparente, pas de bloc moteur monstrueux. Même le phare arrière est intégré au garde-boue. Et les garde-boue, justement, parlons-en : leur design unique vous permet d’y accrocher directement vos sacoches, pour éviter le porte-bagage lourd et pas très gracieux. Tellement discret que certains de nos vendeurs ne les ont pas encore remarqués 😉


La mode est aux e-bike et nous en sommes ravis. Mais on vous l’a dit en début d’article, l’original reste meilleur que la copie. Pour être tout à fait franc, il ne faudrait pas les comparer.

Coboc et les autres, c’est Jordan qui jouerait à Charleroi, Julia Roberts à la kermesse du village, Messi qui affronterait le Stade Malherbe de Caen (what ? On me dit dans l’oreillette que c’est déjà le cas…). 

bikeyourcity

administrator

Post a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.